La Nation - Hebdomadaire Algérien

Numéro 101

Edition du 01 au 07 Mai 2013



Réformer les Services de sécurité égyptiens.

Tewfick Aclimandos
Lundi 27 Juin 2011

Depuis que le Président Mubarak a été forcé de démissionner la réforme du secteur de sécurité est devenue un défi majeur et une question de débat en Egypte. Tewfick Aclimandos offre une analyse en profondeur basée sur son expertise exclusive du Secteur de sécurité égyptien et sa connaissance de ses complexités. En utilisant des sources publiques, des reportages et des rumeurs pour documenter son analyse, il prend une perspective non conventionnelle sur le secteur et suggère des directions pour s'engager dans un processus de réforme.



Réformer les Services de sécurité égyptiens.

 Parmi ses suggestions:
  • Bien que la participation de citoyens dans la discussion sur la réforme du secteur soit nécessaire, le processus de réforme ne réussira que s'il est conduit par un ou quelques acteurs clés dans le domaine ayant l'expertise et la légitimité aux yeux des membres des corps ciblés - à savoir par les professionnels fortement respectés du secteur;
  • La surveillance financière et le  contrôle des institutions de sécurité exigeront l'institutionnalisation du processus d'évaluation et une mesure provisoire pourrait devoir confier la tâche  à des commissions spéciales formées d'anciens leaders seniors des agences de sécurité;
  • Etant donné que la plupart des officiers chargés de la sécurité ont seulement travaillé conformément à la loi d’urgence, c'est le plus urgent pour établir l'état de droit dans le secteur. Cependant, étant donné la nature des défis  de la nouvelle sécurité et les problèmes légaux qu'ils soulèvent, il peut être nécessaire d'ordonner une législation répressive, au moins comme un premier pas.
  • bien que moins urgent, le problème du tissu social des services de sécurité est une dimension clé à traiter. Une politique de discrimination positive en quelque sorte est impérative pour qu'au moins quelques jeunes des classes désavantagées soient admis à l'Académie Militaire ou à l'Académie de Police, tenant compte d'un changement graduel des pratiques et des préjugés;
  • Sous-officiers dans l'armée et amîn shurta dans la police sont des échelons essentiels dont la formation devrait être soigneusement révisée et dont les supérieurs devraient être mis au courant de la nature laborieuse et cruciale de leur travail; d’où la nécessité de considérer de nouveaux systèmes pour les besoins de  promotion interne ;
  • la suppression de la  corruption ne doit pas être confiée à l'armée, les  mukhâbarât, la nouvelle Sécurité de l'État ou les cours spéciales dépendant de ces services. Ceux-ci ont trop de tâches déjà et la lutte contre la corruption exige une formation spécifique.
  • À la question cruciale de la façon de desserrer l’étau de ces institutions étranglant la société égyptienne, Aclimandos répond qu'il n'est pas possible de reformer un régime ou des institutions  en leur demandant de se suicider ou même en  donnant cette impression. Comme il argumente, ce n'est pas (seulement) par la réforme de ces appareils que les relations entre eux, la société et d'autres institutions d'état seront modifiées. Cela exigera aussi le développement d'autres institutions capables d'effectuer les mêmes devoirs, rationalisant la performance de l'appareil d'état en entier, mettant en place un système d'enseignement efficace, etc. Toutes les tâches qui exigeront beaucoup de détermination et d'énergie.
 Il est devenu ordinaire d'indiquer que les divers  services de sécurité et de contrôle égyptiens avaient une place hégémonique dans le système politique de Mubarak. 1
Dans ce système, l'armée était le garant suprême de la sécurité du régime. Sa mission, comme défini par l'article 180 de la Constitution 1971, était de défendre l'intégrité du territoire national conformément aux instructions du président de la République, qui est aussi le commandant en chef des forces armées."L'État seul a le droit de créer des forces armées, qui appartiennent au peuple."2 Il est remarquable que l'expression "qui appartient au peuple" n'est pas purement rhétorique. Il a donné les ressources légales aux forces armées permettant au Conseil  Suprême des Forces armées (CSFA) de se mettre  en retrait du Président pendant la crise qui a balayé  le règne de ce dernier 3.     La crise semble avoir été vue par les commandants de l'armée comme la conséquence logique "du plan " pour le transfert héréditaire" du pouvoir à Gamal Mubarak et des politiques que ce dernier avait mises en place 4.
 Le fait est que les forces armées ont protégé les frontières, mais elles étaient aussi "le dernier recours" dans le maintien de l'ordre public, un bras fort auquel on faisait rarement appel. Cela était arrivé seulement une fois dans les 30 ans précédant le 28 janvier 2011, en 1986, après la révolte et les émeutes des conscrits de l'armée servant dans l'amn markazî (les forces de sécurité centrale, qui dépendent du Ministère de l'Intérieur) La manière efficace dont l'armée a pris en charge une situation qui s'était sérieusement détériorée a été commentée à l'époque et suggère que ce type de mission (prenant le contrôle d'une ou plusieurs zones) avait été conçu, préparé et planifié très sérieusement.
 D'autre part, des événements récents prouvent  (si la preuve est nécessaire)) que les forces armées ne sont  pas formées pour des tâches ordinaires de maintien de l'ordre ou de gestion  des manifestations et qu'elles sont incapables de compenser les faiblesses de la police dans ces secteurs.Le Ministère de l'Intérieur est le plus grand employeur du pays. La sécurité de l'État (mabaheth amn Al-dawla, la police politique, maintenant dissoute), qui dépendait du Ministère, était non seulement responsable de la lutte contre le terrorisme, mais aussi de la surveillance et, si nécessaire, pour sévir (ou " donner une leçon" à ) des acteurs divers impliqués dans les arènes politiques ou religieuses, que cela soit les Frères  Musulmans, les prétendus partis politiques légaux, la Presse, les hommes de religion (ulemas, prédicateurs ,prêtres Coptes), ou mouvements de protestation divers.

Réformer les Services de sécurité égyptiens.
Une troisième institution importante est le mukhâbarât ' âma, ou les service secrets.
Dépendant directement du Président de la République. Son directeur était toujours un militaire et la majorité des professionnels d'intelligence connus est venue des forces armées - quoiqu'il y ait des exceptions. En théorie, le service est responsable de la sécurité externe (qui inclut le terrorisme5), mais il y a des raisons de croire qu'il a parfois des missions de sécurité intérieure et pas seulement dans le contre-espionage6.
 
Fonctions et prérogatives des  diverses instances de sécurité
La sécurité de l'État a souvent été un médiateur entre des grévistes et des patrons (voir ci-dessous).L'armée s’est vu confier dans le passé des missions d'intervention pour résoudre une pénurie de pain – on sait  qu’elle a son propre secteur agroalimentaire.
 Il est de notoriété publique que le mukhâbarât gère plusieurs dossiers de politique étrangère délicats, particulièrement des relations avec des états voisins et des territoires comme le Soudan, Israël et Gaza et peut-être aussi des relations avec des pays le long du Nil, étant donné l'importance stratégique de ce secteur.
Sous Nasser, une administration du Ministère des Affaires Etrangères était responsable de la concertation entre des diplomates et les services secrets; il est possible que ce soit toujours le cas. Ces trois institutions sont celles qui sont le plus fréquemment visées par le terme vague  d'amn (la Sécurité). Mais ils ne sont pas les seuls : la police dans le sens strict, le chef de l'intelligence Militaire, la police militaire7, l'organisme pour la surveillance administrative, la Garde Présidentielle 8 et les forces de sécurité de la Présidence devraient aussi être mentionnés. L'officier qui est à la tête de ces dernières (normalement un militaire) a autorité pour donner des instructions aux Ministres de la Défense et de l'Intérieur. Un ou plusieurs organismes (ou des commissions mélangées) ont autorité pour donner leurs avis sur des nominations dans les échelons les plus hauts de l'appareil d'état. Leurs avis ne liaient pas pour autant le Président, mais étaient néanmoins souvent suivis. Pour des postes de personnel départementaux, un manque de réponse était l'équivalent d'un rejet. Il est aussi dit que ces organismes ont joué une partie importante dans la nomination des candidats électoraux du parti au pouvoir.
Le rôle des forces de l'ordre pendant des élections a été décisif. Pour  être clair : tous les candidats ont causé la violence électorale, chacun selon ses "moyens". Mais les forces de l'ordre ont pu choisir quand être neutres ou pas (cela varie d'une circonscription électorale à l’autre et d'une élection à la suivante, mais dans chaque élection il y avait une tendance générale).
Il est bien connu que "les services de sécurité" pourraient s'opposer aux nominations universitaires, ou exiger qu'un ' alim, (figure religieuse) soit transféré à des fonctions sans accès au public. Les services de sécurité pourraient demander à un groupe de presse de ne pas publier certaines pièces d'informations. De tels cas étaient exceptionnels. D'autre part, les cadres des services rappelleraient aux journalistes qu'ils étaient sous surveillance en posant des questions informelles et en  faisant des commentaires. On pourrait "sentir" et parfois  savoir à coup sûr, que certains universitaires ou journalistes ambitieux qui ont espéré devenir des ministres ou des présidents de groupes de presse, ont cru qu'ils avaient besoin d'être en bons termes avec "les services" et  ont par conséquent publié des études, des rapports, ou des analyses sans être payés. Cette stratégie pouvait avoir deux voies : les agents de sécurité pouvaient montrer du respect ou du mépris pour leurs "interlocuteurs" et décider de donner un coup de pouce à leur carrière, ou non.
Les services de sécurité ou leurs anciens cadres étaient souvent sollicités  sur des offres publiques "sensibles" : par exemple, n'importe quel investisseur voulant un terrain pour un projet de tourisme dans le Sinaï ou ailleurs verrait  sa demande et son dossier examiné par plusieurs organismes, y compris un service dénommé "le centre national de la planification d'utilisation de la terre",  dirigé par un général. Les services de sécurité pouvaient aussi plaider pour que  des processus de privatisation soient ralenti s s'ils craignent des conséquences sociales. On sait aussi que la plupart de ces services ont offert des avantages divers à leurs membres : en sus  de généreuses primes – de fin de carrière, des perspectives de conversion de carrière intéressantes, la possibilité de cumuler sa pension de retraite et un nouveau salaire, aussi bien que les contacts qui étaient un avantage pour n'importe quelle carrière ultérieure, on pourrait mentionner l'accès peu coûteux à la qualité des services médicaux, des clubs de classe supérieure et le transport (incluant des vols), des facilités de paiement pour certaines marchandises, le logement subventionné, etc. De même, l'échelle de paie des forces armées ou de la police, comme avec tous les autres fonctionnaires, a certaines caractéristiques qui renforcent le contrôle exercé par les échelons supérieurs.
D'une part, les bonus peuvent doubler le salaire de base, ou l'augmenter même dix fois 9. D'autre part, les postes ne sont pas payés de la même façon : selon le lieu où l’on est en poste, les salaires peuvent facilement être multipliés par un facteur de 10, ou même beaucoup plus. Ce que l'on ne sait pas, cependant est si les autorités de sécurité  (mukhâbarât, amn dawla) sont dans la même situation, avec une échelle de paie également arbitraire. Les cadres d'institutions diverses fournissent aussi le personnel qualifié et peuvent quitter leurs postes de fonction publique pour travailler dans le secteur privé. Bien qu'il y ait moins de membres du Parlement qui étaient autrefois des généraux dans la Sécurité de l'État ou dans  l'armée que d’ hommes d'affaires, leur nombre est néanmoins considerable10. Plusieurs chefs de personnel ou des hauts fonctionnaires civils sont des militaires.
Il y a de nombreux PDGs  ou cadres de sociétés du  secteur public qui sont d’anciens soldats ou ingénieurs militaires. Ils sont  particulièrement bien représentés dans les communications, le transport, les médias et les secteurs de l'énergie.
Mais ils peuvent aussi être trouvés ailleurs, par exemple au coeur  de l'agence centrale des statistiques, l'Agence Centrale pour la Mobilisation Publique et les Statistiques (CAPMAS). Des militaires et des policiers peuvent aussi être trouvés parmi les autorités locales. En plus de leur surreprésentation parmi les gouverneurs, ils fournissent aussi un contingent impressionnant de leaders de conseil s régionaux ou municipaux. Ils sont aussi très bien représentés dans les fédérations sportives.  D’anciens officiers de la police ou de l'armée peuvent commencer une deuxième carrière dans des sociétés privées avec des devoirs administratifs divers, ou bien comme chefs de la sécurité, que ces sociétés aient vraiment un service de sécurité comme client ou pas. On sait que dans les années 1970 et les années 80 (et jusqu'au début des années 1990), quelques officiers ont rejoint les mouvements les plus radicaux. En outre, après l'assassinat du Président Sadat, des douzaines d’officiers que l'on a considérés comme suspects  ont été démobilisés. Le Ministre de la Défense Nationale actuel, qui a occupé ce poste pendant deux décennies, est très bien informé des  dossiers de sécurité Sa priorité a été "de sécuriser l'armée" et il n'y a aucune raison de penser qu'il a échoué. Les observateurs reconnaissent que le corps des officiers est sous surveillance constante et que n'importe quel officier qui fréquente des mosquées ou des cercles Islamistes, ou qui a un membre de la famille le faisant, sera immédiatement sur la touche. Le régime considère  l'armée comme "une ligne rouge" qui ne doit pas être traversée et les Frères Musulmans  sont apparemment bien conscients de cela. Mais aucun "réseau" n'est toujours parfait et avec l'augmentation du recrutement des  Frères depuis 2005 et les mesures de sécurité adoptées par le parti Islamiste, il n'est pas entièrement certain que de telles ouvertures ne mettent pas en marche de nouveau, quoiqu'à  un niveau beaucoup plus réduit. La situation est plus ou moins semblable là ou d’autres organismes sont concernés11. De même, on ne sait pas si, intérieurement, ces institutions  ne connaissent pas des événements comparables à ceux vus dans d'autres secteurs de la société Egyptienne ou d'autres pays de la région, comme Israël. Spécifiquement, la pression qui est appliquée par des cadres et des agents pour faire que  la loi divine coïncide avec la pratique et exiger que chaque action doit être "halâl". À un certain point, cela peut ressusciter la question de savoir  si la mentalité de sécurité est compatible avec la mentalité religieuse et si l'État a le droit d'exercer sa souveraineté et donner des instructions qui ne se conforment pas à la loi divine.

Réformer les Services de sécurité égyptiens.
Image des services de sécurité
Significativement, ces institutions n'ont pas la même image parmi le public. Les forces armées ont toujours été  une des institutions les plus respectées par les Egyptiens, si ce n’est la plus respectée, comme le montrent unanimement les rares sondages d'opinion. Les forces armées réussissent à donner  l'impression qu'elles sont à la fois une administration légale rationnelle  et une famille, avec les vertus des  deux. On voit l'armée, à tort ou à raison, comme l'institution la plus efficace, la plus moderne et la moins corrompue du pays, celle qui contient le plus grand nombre de gens intelligents, dévoués et honnêtes. Une chose est certaine : elle  est la  moins injuste envers les pauvres, faisant le plus  d'efforts en leur nom et plusieurs la voient comme "un rempart" et un bastion de l'identité égyptienne. Les activités économiques de l'armée (l'industrie agroalimentaire, les biens durables, la construction et les travaux publics) sont aussi populaires.
Cette institution était (et reste) discrète. Elle  était prudente et évitait qu’on parle d’elle, au sujet de son rôle politique et de ses officiers. Avant le 10 février, les identités des membres du Conseil Suprême des Forces armées étaient inconnues, comme étaient les devoirs, les prérogatives et les compétences du Conseil. Tout ce que l'on savait, était que le Président de la République était à la tête du Conseil et qu'il était constitué de 20 à 30 généraux. Les fortunes des mukhâbarât ' âma ont changé au fil du temps, mais actuellement elles jouissent du respect du peuple. Leur image a souffert pendant les années 1970 suite aux retombées de la  de-Nasserisation. Les adversaires de Nasser avaient soutenu (plutôt correctement) que son règne était celui  d’une  conduite arbitraire des services et de torture généralisée et plus spécifiquement (et de manière plus discutable) une ère "d'abus systématiques" par les mukhâbarât ' âma. Mais dans les années 1980 cette tendance a été renversée.  Plusieurs livres, films et des feuilletons mélo de TV se sont rappelé le rôle des mukhâbarât ' âma se battant contre Israël, montrant une image beaucoup plus favorable d'hommes menant des vies dangereuses, étant vigilants à toute heure et donnant leurs vies pour leur pays12. La révélation du nom du directeur (qui était sans précédent) a aussi fait beaucoup de bien, puisqu'il est un homme intègre,  discret et compétent, avec un calme et une dignité impressionnants (par exemple pendant les obsèques d'Arafat). Les biographies et les autobiographies de quelques-uns de ses officiers ont aidé à humaniser, mais aussi  à mythifier l’"Agence" et ses agents, tout en rendant hommage à leurs réalisations13. Le travail de cette institution n’est presque jamais le sujet de débat public.
Les divers services de police étaient et sont impopulaires, habituellement (mais pas toujours) pour de bonnes raisons. Malgré les nombreuses vies que  la police a sacrifié pendant le combat contre les groupes Islamistes armés, les gens ne sont pas reconnaissants. Cela ne changera pas dans un avenir proche, puisque un grand nombre de policiers  ont ouvert le feu sur des manifestants et ont opéré une politique de répression sauvage pendant  les événements de Janvier- février 2011. Même avant le résultat final, qui était la conséquence épouvantable mais pratiquement inévitable d'un système répressif non contrôlé selon la loi, l'opinion publique se focalisait particulièrement sur les brutalités policières; l’usage systématique de la torture contre les  militants Djihadistes; la répression sauvage des manifestations (ou au moins répression disproportionnée, quoique ce soit un terme trop faible); l'enlèvement (provisoire) de membres d'opposition; et la coutume dans certaines parties du pays d'appliquer des sanctions collectives contre des segments de la population. Les divers services de police étaient les organismes responsables de maintenir  l'ordre et le contrôle auxquels le public avait le plus fréquemment  affaire. Leurs membres étaient surmenés et irritables. Ils étaient ceux qui effectuaient les arrestations. Ces arrestations pouvaient être politiquement motivées; pouvaient résulter de considérations autres que l’application de la loi, justes ou injustes; et pouvaient avoir des causes  autres que la poursuite et le contrôle de délinquants et de criminels. Les exemples sont l'extorsion; le  harcèlement d'activistes irritants; les tentatives de briser  les lignes de communication  d’une force politique qui a été catégorisée comme étant hostile au régime ou bien gêner ses activités; et la collecte d’informations sur les mouvements d'opposition.
 a) Gestion du mouvement de protestation et l'opposition politique et religieuse
Dans Al-Shurûq du 17 septembre 2010, un activiste a raconté avoir été arrêté et détenu pendant environ 30 heures. On lui a posé des questions sur les activités  d’Al-Baradei, les sources de financement pour la campagne de ce dernier, ses intentions, etc. Deux officiers ont dit à l'activiste qu'il avait été arrêté parce qu'ils n'avaient pas grand-chose sur Al-Baradei. À la fin de l'interrogatoire, les deux officiers ont déclaré qu'ils laisseraient les partisans d’ Al-Baradei's continuer tant que la stabilité du pays et la sécurité nationale n'ont pas été compromis. Ils ont ajouté qu'ils arrêtaient les partisans Al-Baradei, comme ils l’ont fait avec les Frères Musulmans, parce qu'ils n'avaient pas encore d'expérience suffisante sur la façon la plus appropriée de les gérer. A la fin, un des deux officiers a fait des excuses, en disant : "Nous avons des ordres". Dans ce contexte, il est important de noter qu'au moins une accusation récurrente contre la Sécurité de l'État est" généralement injuste ". C'est devenu banal (et aussi fréquent que c'est stupide d’affirmer que la Sécurité de l'État "a inventé" (" talsîq ") des accusations sans fondement et fausses contre les adversaires politiques du régime. C'est faux : la Sécurité de l'État a pu faire des erreurs, a pu ne pas avoir été dans une position pour prouver "dans les règles" les faits imputés aux adversaires, a pu vouloir (délibérément  ou sur ordre des autorités politiques) arrêter des éléments en donnant à leurs actions une définition légale qu'ils n'ont pas méritée, et cetera. En règle générale, il n'a pas inventé des faits14
Il peut y avoir beaucoup d'articles dénonçant la Sécurité de l'État comme une institution avec de longs tentacules qui se mêle de tout, et incapable "de  vision politique" et impose des priorités de sécurité (illégitimes); il peut y avoir beaucoup d'articles diffamant des journalistes, des universitaires, des recteurs et des  ulemas qui sont proches de la Sécurité de l'État.
 Néanmoins, il y a des articles et des livres qui fournissent des informations à même d'encourager la réflexion qui va au-delà de telles dénonciations rituelles. Certains de ces textes élucident les problèmes rencontrés par les forces de l'ordre qui font face aux défis suivants : il n'y a aucune formation initiale pour les cadres; Il y a des difficultés dans la coordination des forces et les services des divers  gouvernorats(les militants Islamistes sont connus  pour se déplacer ou effectuer leurs attaques loin de leurs bases); et il y a les incompatibilités entre les intérêts et les stratégies du centre et ceux des provinces, etc.

Des comptes rendus d’anciens membres des services sont maintenant disponibles, comme le Brigadier Husayn Hammûda's15. Hammûda relate qu'Abû Bâsha, un ancien Ministre de l'Intérieur et une des figures de proue de la Sécurité de l'État, lui a dit : " penser  du bien des gens et se satisfaire de ce que l'on a [qanâ'a] sont des vertus chez un être humain et des péchés graves [razîla] chez un officier de la Sécurité de l'État". Il a cru que cette évaluation était le principe directeur des services pour l'action, signifiant que chacun était coupable jusqu'à  prouvé innocent et que baser  son jugement sur l'information collectée était une erreur sérieuse. "Le cercle de suspects" devait être continuellement agrandi. Après un crime dans une partie donnée d’une ville, la moitié des habitants du secteur devaient être encerclés et arrêtés. Alors ils étaient battus jusqu'à ce que la personne coupable apparaisse. Pendant cet entretien Hammûda a défini la mission de Sécurité de l'État. C'était un service secret, composé de plusieurs sections, dont chacune avait une tâche ou un objectif : par exemple, analyse, prévisions, gestion de crise, ou contreterrorisme. Il y avait aussi des sections pour chaque sorte de citoyen, chaque sorte d'activité, chaque sorte d'institution. Le service a rassemblé des données et les a présentées aux décideurs et aux organismes responsables d'enquêtes. Et oui, bien sûr, le service a écouté tous les appels téléphoniques. Mais Hammûda a prétendu qu'il n'était pas correct de dire que les officiers de Sécurité de l'État étaient les pires ("aswa '"). Au contraire, ils étaient les meilleurs ("anzaf", littéralement "les plus propres"), par suite de leurs origines sociales, leurs niveaux de formation et d'aptitudes. L'admission au service dépendait d’un "kashf hay'a", une sorte d'examen des origines sociales et du  capital culturel, qui permettait d’éliminer ceux d'origines modestes. Des rapports d'évaluation secrets ont évidemment joué un rôle crucial dans le recrutement. Il était souhaitable qu’un officier  approché  pour rejoindre le service ait servi dans le département de Sécurité "Général",  c'est-à-dire la brigade criminelle, afin d'apprendre comment battre et même torturer ; maitriser les  techniques d'interrogatoire ; avoir des sources et des contacts et bien  connaitre "la rue". On a aussi donné des tests de quotient intellectuel et le piston a joué sa partie, bien sûr. Oui, ceux qui sont venus "du crime"  avaient en quelque sorte la priorité. Malheureusement, cet environnement même les avait endurcis et ils ne pouvaient plus distinguer entre un délinquant et un criminel, ou autrement dit entre "les clients" de la brigade criminelle et "les clients" de la Sécurité de l'État. Les premiers pouvaient  être battus, mais on devait comprendre qu'avec les  derniers un échange verbal intellectuel pouvait être plus fructueux. On devait connaître les doctrines politiques et leurs subtilités. Hammûda a indiqué qu'être un officier de Sécurité de l'État n'était pas aussi "lucratif" ou "bien payé" que souvent présumé, à part les échelons les plus hauts. Mais c'était prestigieux et offrait l'immunité et quelques satisfactions, comme voir  des ministres trembler de peur quand ils vous recevaient. Les officiers avaient un grand pouvoir sur les nominations, que cela soit  pour un umda (le maire de village) ou un ministre. Hammûda a déploré le fait que les bastonnades  étaient devenues ordinaires pour la police entière. Il a aussi dit que les gens avaient  intériorisé cette habitude comme "une réalité", jusqu'à ce que l'affaire ' Imâd Al-Kabir (un citoyen battu sans raison) et quelques vidéos des excès abattent le mur de  la crainte. Mais nous sommes passés d'un extrême à l'autre : les citoyens pouvaient "oser" et ils ont tout osé dans leurs interactions avec la police, sauf avec la Sécurité de l'État. Mais il est vrai que le cas de la Sécurité de l'État était différent, puisqu’elle n'était soumise à aucune surveillance et puisqu’elle était supervisée par Gamal Mubarak. Quand Gamal  est retourné au Caire pour se lancer dans la vie politique et aider son père, Hammûda affirme qu’il a en fait pris en charge la direction  de la sécurité. Dans les cercles de police, le Ministre Al-'Adlî, qui avait occupé ce poste depuis 1997  était appelé "le PDG du projet de transmission héréditaire". Le chef de la Sécurité d'Etat était simplement son " secrétaire personnel". Hammûda a suggéré toutes sortes de réformes : affichage du nom de l’officier sur son uniforme afin de faciliter les plaintes, augmentation du contingent féminin pour surveiller la population féminine, développement de la surveillance juridique, parlementaire et populaire, etc.
La surveillance parlementaire a seulement existé en théorie puisque la Commission "de Sécurité" de l'Assemblée Populaire est formée par des généraux de  la Sécurité d'État vigilants. "Le grand épanchement" qui a suivi la chute du régime a aussi permis de discuter de la violence utilisée contre des manifestants civils par des groupes affiliés au Ministère de l'Intérieur, dont les membres ne portent pas d'uniforme et ne figurent pas sur l'organigramme et ne peuvent donc pas être identifiés. Le 12 avril, la version internationale d'Al-Ahrâm a réimprimé un article important publié quelques jours plus tôt dans l'hebdomadaire Al-Usbû '. Le titre mentionné "la privatisation de la sécurité" (une formulation inopportune) menée par le Ministre Al-'Adlî. L'auteur a prétendu que le régime avait investi des millions de dollars dans la formation de ses cadres étant responsables de la répression. En 2002 le processus de restructuration du parti Démocrate national (NDP) a commencé. Ou pour le dire autrement, le " plan d'ascension de Gamal " a commencé. Gamal et ses amis sont allés à Londres étudier l'expérience du parti travailliste. Bien sûr, les idées politiques et économiques du parti travailliste n'avaient aucun intérêt pour eux. Ce qui les a vraiment intéressés, cependant, étaient  leurs techniques  de  communication et de propagande, comme la façon de condamner et disqualifier des adversaires. En revenant de Londres, ils ont découvert "un plan de sécurité élaboré par Al-'Adlî, qui poursuivait des idées semblables. Il s’est aussi avéré qu'Al-' Adlî savait plus ou moins ce qui avait été dit à Londres (note de l'auteur : cela pourrait étonner des journalistes, mais on sait     qu’ Al-' Adlî était proche de Gamal). En bref, le projet était "de privatiser" une partie des activités de sécurité et créer "des troupes irrégulières", qui auraient des liaisons organisationnelles avec le Ministère de l'Intérieur et seraient sous les ordres de policiers, mais qui ne feraient officiellement partie d'aucun corps.
 
Quelque peu comme la relation entre le FBI, le Pentagone et des sociétés de sécurité privée, qui sont d'une façon informelle chargées de la formation et des tâches de protection, mais aussi de certaines sortes de travail sale. Al-'Adlî, un grand expert en sécurité, a vu très tôt qu'il y aurait des réclamations touchant aux droits de l'homme (note de l'auteur : et que les nouveaux médias et d'autres moyens de communication, comme de nouvelles chaînes de télévision, des appareils photo de téléphone portable et Internet, seraient des ressources pour des adversaires). Il a aussi compris que les EU prenaient conscience des coûts politiques de la répression dans les pays arabes et seraient moins indulgents. Il a donc préparé un plan qui permettrait de limiter la participation de la police dans des opérations répressives et dans les opérations qui ont violé les  droits de l’opposition16. Pour Al-'Adlî, l'avantage de créer des troupes de sécurité irrégulières était qu'il atténuerait la pression politique et médiatique sur l'appareil D'état chaque fois que ce dernier a sévi contre des manifestations. Cela permettrait de présenter la violence comme des querelles entre des partisans NDP et des adversaires, ce qui serait particulièrement utile pendant des élections. Il a parlé "des leçons de l'expérience algérienne". Son rapport a eu un grand attrait. Les leaders du NDP lui ont donné un chèque en blanc, dans le sens tant figuratif que littéral. Al-' Adlî a confié à certains de ses aides la tâche de préparer "un plan complet" et étudier "les registres" de sociétés de sécurité privée, qui instruiraient et formeraient ces troupes "spéciales". Al-'Adlî est allé signer un accord secret avec Blackwater (qui devait devenir les Services Xe) pour former des cadres spécialisés dans des activités "anti-terroristes", des cadres qui deviendraient les leaders de véritables  escadrons de la mort. L'article donne des renseignements sur cette formation et se demande si ces équipes n'ont pas organisé certaines attaques mystérieuses en Egypte afin de blâmer des Islamistes. Ils sont même accusés d'avoir joué une partie dans les incendies de train. Les gens sont souvent condamnés par leur réputation, mais cela semble néanmoins invraisemblable.

b) Le rôle de la Sécurité de l'État dans les conflits sociaux
Ce rôle est plus subtil que la répression directe. Bien sûr, la répression n'a pas disparu, mais la Sécurité de l'État souvent compensait les faiblesses de la bureaucratie D'état, jouant le rôle d'intermédiaire et de médiateur.
Un article publié en février 2009 par le quotidien Al-Badîl17 a indiqué que pendant la grève des pharmaciens quelques mois plus tôt, la Sécurité de l'État a intervenu pour calmer les choses et proposer sa médiation entre le syndicat et le Ministère des Finances. Ses représentants ont en fait organisé et ont mené les négociations entre des syndicalistes et les délégués des Ministères des Finances et de la Santé. Le même article a révélé que le conseil d'administration des chemins de fer nationaux et les comités de syndicat ont officiellement remercié la Sécurité de l'État pour son rôle dans l'obtention des réclamations des syndicats et dans la fin du conflit qui opposait  la direction et les salariés.
Dans ce conflit,  la Sécurité de l'État a même aidé des passagers à trouver des moyens alternatifs de transport! Bien sûr, selon Al-Badîl, ils peuvent recourir à la tactique brutale ou à des menaces aussi. Pendant la dernière grève ils ont aussi trouvé d'autres conducteurs de train "pour  partiellement casser la grève". Et leur présence pendant des négociations était bien sûr une menace implicite en soi.
c) Problèmes structurels et sous-produits
Il doit être souligné que la majorité de policiers n’ont servi  au cours de leur carrière entière que sous un état d'urgence. Imaginer qu'ils s'adapteront "à l'État de droit" est donc utopique 18. Quelques articles publiés dans la Presse avant la chute de Mubarak mentionnaient déjà  la corruption dans la police et certains services secrets.  Certains ont parlé de ce qu'ils ont appelé "la privatisation de commissariats de police" 19 et ont décrit l'extorsion vue dans les commissariats de police de la capitale, où des gens ordinaires étaient arrêtés sans raison et leur libération marchandée avec leur familles20. Cette procédure, décrite comme une pratique quotidienne avec des milliers de victimes, était une conséquence vraiment perverse de l'état d'urgence.  D'autres ont mentionné la corruption " d'organisme de contrôle", y compris des organismes non dépendant du Ministère de l'Intérieur 21.
Les cadres des organismes de contrôle (c'est-à-dire la sécurité) ont censément reçu des donations de terre de l'État, aux prix symboliques et à  des taux d'intérêt bas, qu'ils ont immédiatement vendus pour devenir des millionnaires. Chaque ministère est prétendument sous la surveillance d’organismes de contrôle. Il y a quelques années, étant dans l'équipe responsable de la surveillance du Ministère de l’Habitat était littéralement une occasion magnifique pour les cadres de ces organismes. Le Ministre de l’Habitat et son chef de Cabinet étaient quotidiennement sollicités pour accorder des  terrains "aux gros bonnets " de ces organisations. N'importe quel terrain ainsi obtenu était  alors rapidement vendu aux spéculateurs. En février 2007 un article dans Al-Misrî Al-Yawm a soulevé "le problème" de l'amînshurta (sous-officier de police) 22.
La place du sous-officier de police (NCO) dans l'appareil de sécurité est semblable à celui de l'ouvrier de maintenance dans des sociétés : il n'est pas très élevé dans la hiérarchie, mais il a un rôle crucial et est ainsi tout à fait capable de tout bloquer.
Le journaliste a prétendu que la plupart des "transgressions" ou violations de droits de l'homme ont été commises par ces NCOS, mais qu’étant donné l'importance du NCOS, le ministère était enclin à fermer les yeux. Les sous-officiers sont  important parce qu'ils mènent des interrogations, effectuent des enquêtes à domicile et annoncent leurs conclusions à l'officier responsable. Ils peuvent travailler jusqu'à 14 heures par jour et passer même des jours entiers sans sommeil, avec un salaire médiocre... La question des brutalités policières a été aussi soulevée, par un journaliste dans Yawm Al-Al-Misrî 23prétendant que cette violence n'était pas méthodique ou systématique et survenait surtout dans des secteurs pauvres.  Les parties coupables étaient toujours selon lui de jeunes officiers ivres du peu de pouvoir qu’ils avaient, ou alors des   amîn shurta appartenant  aux classes sociales défavorisées, comme les victimes. Il y avait un problème avec la formation de la police, mais par-dessus tout les policiers  étaient pressés par le temps - et dans leur esprit,  les bastonnades  réglaient les enquêtes plus rapidement. L’environnement social des membres du corps des policiers a aussi été interpellé, par la question de l'admission à l’Académie de  Police 24. Apparemment il y a quatre conditions de "routine" quoiqu’ inexprimées; deux "sociales" et deux politique. Les conditions "sociales" excluent des candidats de contextes "inopportuns", ou qui pourraient avoir des loyautés externes. Pour des raisons politiques, les candidats sont rejetés si leurs parents ou cousins sont affiliés aux  Frères Musulmans  ou aux groupes Islamistes, s'ils ont un diplôme religieux (d'Al-Azhar) ou s'ils sont "des traîtres" potentiels. En 92 ans de l'École de police, aucun azhari n'a jamais été admis comme un cadet.Les Coptes sont les victimes d'un quota  inexprimé : pas plus que 2 % par an. Ce n'est pas le résultat d’une politique d'identité Musulmane, mais, au contraire, un rejet de toute l'allégeance religieuse. Les  Coptes ne pouvaient pas avoir accès aux postes sensibles de sécurité. Les candidats sont aussi éliminés si leurs parents ont des professions "marginales", signifiant particulièrement les professions qui ne peuvent pas être identifiées par l'État et/ou les lieux de travail qui ne peuvent pas être aisément identifiés.

Considérations générales
La croissance et la centralité des autorités de sécurité étaient une réponse à une situation qui était, objectivement, exceptionnellement sérieuse. Rappeler cela n’est pas nier que la situation était malsaine, ou qu’elle avait  des effets destructeurs pervers. Ni  oublier non plus que les institutions peuvent imposer le discours et les conditions qui  les légitimeront et les perpétueront. Il est intéressant de noter que la langue politique utilisée tant par le régime que l'opposition a incorporé la terminologie de sécurité .L'avenir de l'enseignement est une question de sécurité nationale; la privatisation du secteur public est vue comme fortifiant ou affaiblissant la sécurité nationale; sans oublier la politique d'identité, ou la situation dans le Sinaï. L'éternelle " domination épistémologique" des services de sécurité est réelle, lui permettant de fournir la structure interprétative, la connaissance pratique et factuelle et la langue qui structurent les débats dans les plus hautes  sphères du gouvernement et les processus de prise de décisions. Se rappeler la nature "objective" de la situation n’est pas nier que la prééminence des services de sécurité a crée des cercles vicieux. Le fait que les autorités de sécurité compensent des faiblesses dans d'autres institutions d'état peut perpétuer ces mêmes faiblesses.
Les institutions efficaces qui accomplissent leurs missions peuvent plus facilement obtenir des prêts que d'autres, prétendument inefficaces. Quelques fonctionnaires et d'autres officiels ont eu tendance "à couvrir leurs arrières " en demandant conseil à la Sécurité de l'État, même quand ce n'était pas une condition légale.
 
L'importance de ces services a été aussi balisée par leur perception par d'autres acteurs. Les civils comptent souvent sur ces services pour la protection et l'assistance et, ainsi, aident à perpétuer leur dominance.
 Avant la chute de Mubarak, proposer  des réformes d'organisations était une question délicate parce que leurs organigrammes, leur mode opératoire formel et informel et leurs réseaux étaient inconnus, comme l’était la manière dont leurs interactions internes et leurs interactions avec l'environnement étaient structurées25.
 Ces institutions étaient toujours beaucoup trop cruciales dans la construction et la protection de l'État-nation et le sens national de communauté, dans le maintien de la paix civile et dans l'organisation des relations et des interactions entre le centre et la périphérie, pour imprudemment courir le risque de les affaiblir  sous prétexte de réforme. La réalisation d'une transition à la démocratie pourrait en effet exiger que ces institutions aient été renforcées, non démantelées. D'une part, les élections en Egypte incluent toujours la violence produite par ceux impliqués. L'organisation d'élections libres implique de disposer d’une police neutre et puissante.
 D'autre part, il est possible que plusieurs des partis politiques ne croient pas en un  état de droit. Finalement, il semble naïf de penser que les décrets peuvent modifier une situation qui est profondément ancrée dans la vie politique et sociale de l'Egypte. C'est un diagnostic valable, confirmé par des événements après la chute de Mubarak, en particulier l'insécurité croissante et la prolifération de groupes Salafistes  critiquant les non-musulmans et les Musulmans dont ils désapprouvent les pratiques. Mais alors la situation n'est plus ce qu’elle était. Les forces du Ministère de l'Intérieur se sont effondrées : plus de 3,000 voitures et des camions (tant blindés que pas) ont été détruits pendant les confrontations, 99 commissariats de police ont été incendiés et détruits par  le peuple, les archives ont disparu, etc. La police a été stigmatisée dans les comptes rendus principaux d'événements et, au mieux maintenant fait seulement la grève du zèle.
 La réforme de la police et de la Sécurité de l'État fait maintenant partie du débat public en Egypte et de nombreuses propositions ont été faites. Quelques hypothèses de travail et remarques suivent.
Paradoxalement, le Président étant un militaire facilite et consolide la prééminence des autorités civiles sur l'armée et les services de sécurité. Il était, en un sens une des transactions s'associant entre le régime et l'armée. Leur relation Il est difficile de définir succinctement la relation, mais le plan et les exemples qui suivent sont instructifs. L'armée a accepté un rôle subalterne et ne s'immisçait pas dans la direction de l'État et la politique, tant que le pouvoir était tenu par un militaire et que certaines limites n'étaient  pas franchies.
Par exemple, il est certain que Sadat n'a pas consulté la hiérarchie militaire avant la nomination de son successeur. La question est plus complexe quand un civil devient Président.Ici, deux considérations tirent dans des directions opposées. D'une part, pour réussir, une réforme doit être convenue et menée par un (ou plus) de ceux impliqués, dont la légitimité et la connaissance sont incontestables et acceptées par les membres des organisations et organismes à réformer.26
Autrement dit, par un (ou plus) des professionnels de haut rang (ou ex-professionnels) des services de sécurité. À côté de cela, il est nécessaire d'éviter de donner l'impression que la réforme est un acte d'accusation systématique du personnel et des cadres. D'autre part, les enjeux sont si élevés qu'il est raisonnable de soutenir qu'il doit y avoir un débat social pour définir les termes et les défis de ces réformes. Ce dernier est connecté à la question des assemblées législatives, des corps spécialisés ou du Ministère des Finances contrôlant les  dépenses de ces institutions. Mis à part ce qui est désirable ou pas, il est évident que sous l'ancien régime il était impossible de soumettre ces institutions à l'examen minutieux par la législature ou le Ministre des Finances (particulièrement parce qu'ils sont en partie auto-financés). On a proposé des solutions diverses. Peut-être la tâche pourrait être confiée aux commissions composées "de vétérans" des services de sécurité. La manière d'agir permettrait de cette manière de progressivement institutionnaliser des pratiques d'évaluation. La rationalisation et l'optimisation de la dépense et le travail posent vraiment quelques problèmes complexes. Il y a en fait une contradiction entre l'impératif "de la division du travail" et les impératifs de lutte contre les monopoles et la diversification des sources d'informations. Diviser le travail signifie veiller  à ce que chaque tâche n'est pas effectuée par plusieurs agents faisant le même travail, gardant des informations et ne coopérant pas avec l'un l'autre. La lutte contre les monopoles, les impératifs de sécurité et le besoin de diversifier les sources d'informations poussent tous  dans la direction opposée. En contraste, la question de la primauté de la loi est cruciale, au moins en ce qui concerne la relation entre la police et la population et les forces politiques. On doit considérer le fait que la plupart des officiers ont seulement connu leur pays sous un état d'urgence, qui a duré plus de 30 ans. Et il doit être apprécié que les nouveaux défis de sécurité sont d'une sorte qui pose des problèmes légaux sérieux même dans des démocraties avancées.
 Un esprit d'analyse impartial est exigé pour distinguer les responsabilités individuelles de celles  "des conséquences corrompues d'un système corrompu". La manière dont les services du Ministère de l'Intérieur se sont conduits pendant quelques années passées signifie que les gens ne se souviennent plus que la Sécurité de l'État avait l'habitude d'être prudente; ces efforts ont été faits pour améliorer le diplôme de l'École de police, en donnant beaucoup de poids aux disciplines légales et introduisant  l'enseignement (quoique à doses homéopathiques) des droits de l'homme et le besoin de les protéger; ou le fait que beaucoup d'officiers ont suivi des cours dans des facultés de droit diverses. Ou même le fait que l'ancien Ministre de l'Intérieur Al-' Adlî ait  pris des mesures autoritaires contre les pires excès, bien que ceux-là aient alors été expliqués de manière convaincante comme les actes "exceptionnels" de brebis galeuses- un argument spécieux qui a évité la nature corruptrice d'une situation où la violence D'état n'a plus été décidée conformément à la loi et a cessé d’être légitime. L'état d'urgence permanent a produit une situation malsaine et dangereuse. Il est urgent que l'État de droit soit rétabli et que la nécessité d’agir conformément à cela soulignée, même si cela signifie passer des lois très répressives tout d'abord. Il faut aussi s'assurer que seulement certains organismes ont le droit d'ordonner et/ou effectuer des arrestations sans mandat, ou au moins combattre à l'extrême l'extorsion provenant de ce" droit d'effectuer des arrestations". Le problème de la composition sociale de ces organismes, bien que moins urgent, est crucial. Sous la Monarchie et Nasser, l'armée, la fonction publique et le monde universitaire étaient "des ascenseurs sociaux"(plus ou moins satisfaisants), permettant aux gens d’origines relativement modestes de grimper l'échelle sociale. Ils étaient donc une valve de sécurité pour le régime, puisque les perspectives des fils de beaucoup de classes sociales n'ont pas été nécessairement bloquées. . Ces ascenseurs ne fonctionnent plus. C'est devenu presque impossible pour un homme défavorisé ou le fils d'une famille petite-bourgeoise d’être admis à l’Académie Militaireou de Police. Nasser, Sadat et Mubarak ne seraient probablement pas admis aujourd'hui. Les causes de ce développement sont nombreuses. La principale semble être l'échec complet du système d'éducation. Du moins, une micro-politique de discrimination positive devra être prévue permettant à au moins une certaine jeunesse défavorisée d'accéder à ces institutions. L'expérience devrait être graduelle, réversible et prudente. Elle ne permettrait pas, à court terme, de  changer les pratiques et les préjugés.
Néanmoins, cela semble nécessaire. De même, l'importance de NCOS dans l'armée et d'amîn shurta dans la police ne peut pas être sous-estimée. On pourrait bien se demander si les procédures de formation pour ces rangs cruciaux ne devraient pas être révisées et si leurs supérieurs, particulièrement les jeunes officiers, ne devraient pas réaliser à quel point  leur travail est important et dur. La question d’ouvrir l'accès aux échelons plus hauts pour certains (en leur permettant de devenir des officiers) pose quelques problèmes significatifs – comme de savoir  si leur formation leur permettrait de surmonter la technologie impliquée, qui est de plus en plus essentielle - mais devrait être étudié sans préjugés. Nous n'avons aucune information sur les échelles  de salaires dans les services de sécurité. S'ils sont semblables à aux échelles de salaires dans d'autres parties de l'appareil D'état, il semblerait logique de recommander d'augmenter les salaires de base et réduire  les bonus, aussi bien que réduire les contradictions de paie pour le personnel de même rang. Cela devrait encourager des discussions internes en desserrant la prise des rangs supérieurs. On sait que les officiers avec certaines décorations sont plus libres pour parler que leurs pairs (ils peuvent seulement être poursuivis devant une cour). On sait aussi que pendant les discussions internes, les officiers les moins  gradés parlent d'abord, afin d'éviter autant que possible  que les avis de leurs supérieurs ne les influencent27.
Bref, on doit soigneusement considérer les façons de promouvoir le débat interne.
L'armée, le mukhâbarât et la Sécurité de l'État maintenant disparue étaient et sont, et de loin, les institutions les moins corrompues en Egypte. Malgré cela, la tentation de leur donner, ou aux cours spéciales dépendant d’eux, la tâche de sévir contre la corruption doit être résistée. Ils ont déjà trop de tâches et la lutte contre la corruption exige une formation spécifique.

 Conclusion
L'élaboration d'offres pour des réformes concrètes des services de sécurité exige l'accès aux informations que les chercheurs n'ont simplement pas. Elle doit aussi attirer plusieurs sortes de connaissance, particulièrement dans les études organisationnelles, la politique publique, l'évaluation de politique publique, la relation entre des autorités gouvernementales et locales nationales et plus généralement la science politique, l'anthropologie et l'expérience pratique. Aujourd'hui la question centrale est comment desserrer l’étau de ces institutions sur la société égyptienne et l'élaboration de politique étrangère. Je ne pense pas qu'il est possible de reformer un régime ou des institutions en leur demandant de se suicider, ou même en  donnant cette impression. Desserrer l’étau de ces institutions implique le développement d'autres institutions capables d'effectuer les mêmes devoirs, rationaliser  la performance de l'appareil D'état en entier, mettre en place un système d'enseignement efficace, travailler patiemment à changer les systèmes répandus de représentation, etc. Autrement dit, ce n'est pas (seulement) par la réforme de ces appareils que la relation de pouvoir entre eux, la société et d'autres institutions D'état sera modifiée; ces derniers doivent être reconsidérés aussi. Cela demandera beaucoup, beaucoup d'endurance.


Article publié dans ARI (arab reform initiative) et traduit pour la nation par Hadj Ben 
__________________


1 Selon Rûz Al-Yûsuf du 13 avril 2007, le budget de l'armée est 17.6 milliards de livres égyptiennes, comparées à 9.1 milliards pour les services de sécurité. Ces chiffres doivent être considérablement mis à jour, étant donné la croissance économique en Egypte, mais ils donnent une idée de leur importance.
2 Révision du 26 mars 2007.
3 Voir par exemple l'entretien donné par Général Mazhar Shâhîn, un membre du CSFA responsable des questions juridiques, à Al- Misrî Al-Yawm, le 17 mars 2011.
4 les amendements constitutionnels 2007 ont été apparemment perçus par les chefs des armées – et cela correctement - comme le résultat d'un désir délibéré de les exclure définitivement de débats quant à La succession de Mubarak, ou pire. . Cela a été suggéré par l'ancien commandant de la Garde Présidentielle, Sabrî Al-'Adwî, dans un entretien publié dans Al-Misrî Al-Yawm, le 25 avril 2011.
5 D’autres institutions sont aussi associées à la lutte contre le terrorisme: Sécurité de l'État, bien sûr, mais aussi Ministères des A E et dela Justice, les leaders de Services secrets militaires et probablement Al-Azhar.
 6 le Président de la République a le droit d'assigner de nouvelles missions de corps divers. Sous Nasser et Amer, le mukhâbarât a géré beaucoup de dossiers de politique interne. Sous Sadat (au moins avant son voyage à Jérusalem), ils ont été moins impliqués dans la gestion de ces dossiers. Il est impossible de savoir exactement ce que la situation était sous Mubarak.
7 la police militaire a joué un rôle important dans l'ère post-Mubarak. Des ONG de droits de l'homme inventorient les violations de droits de l'homme et les actes de violence qu'elle a commis. Il est clair qu'à cause de l'écroulement de la police régulière, c'est les missions assignées qui ne sont pas dans sa sphère
8 En termes professionnels, sa mission est de protéger le Président et le régime de la République, fournissant la sécurité pour les visiteurs D'état et contrôlant l'institution de la Présidence et ses "locaux". Voir l'entretien donné par le Général Sabrî Al-'Adwî, ancien Commandant de la Garde, dans Al Misrî Al-Yawm, le 25 avril 2011. Il a aussi indiqué que, d'habitude, le Commandant de la Garde est nommé par le Président  sur recommandation du Ministre de la Défense Nationale.
9 j'ai obtenu ces informations d'officiers et de journalistes. Depuis lors, la Presse a prétendu que les bonus mensuels de l'ancien Ministre de l'Intérieur ont atteint 3 millions de livres égyptiennes, ou 350,000 à 400,000 euros selon des taux de change, quand son salaire était probablement autour de 200,000 livres égyptiennes. Voir par exemple Al-Quds Al-'Arabî du 21 avril 2011, qui cite un procureur de la Cour d'appel.
10 Dans la dernière Assemblée, "élue" en octobre 2010, plus qu'un membre sur10, peut-être bien 1 sur 8, était un général de police.
11 Cependant, il est possible que la police (Sécurité d’Etat excepté) soit plus "infiltrée" que d'autres autorités de sécurité. Les nombres sont si grands que la surveillance est inévitablement plus difficile à organiser. Le 20 février 2007 le journal Al-Karâma a discuté la présence de Frères  Musulmans dans la police et le pouvoir judiciaire. Selon le journaliste, les Frères  ont  plusieurs " dossiers secrets" qu'ils  gèrent soigneusement, comme ceux sur les juges et les policiers qui en sont membres. Les  Frères ont  créé "un corps spécial"  secret et peu connu pour gérer les dossiers des individus qui tiennent des postes sensibles dans l'appareil D'état. Ce corps ne dépend que de l'homme fort des Frères , Khayrat Al-Shâtir. Chaque profession est gérée par quelqu'un. La police a été gérée par Salâh Shâdî, ensuite par Muhammad Tûsûn (qui, ayant été  un policier à Minîa, est devenu un avocat et gère aussi " le dossier des avocats"  dans la Fraternité). Le journaliste a aussi suggéré que la plupart des policiers qui avaient rejoint les Frères sont venus de  Haute Égypte ou des familles de cette région. Il a prétendu qu'il y avait actuellement 112 policiers a affilié à la Fraternité. Selon des sources de police, la Fraternité micro-gère les activités de ces membres dans des professions sensibles : on leur permet de rencontrer seulement les membres leur Fraternité usra (cellule); ils ne doivent pas suivre de katîba ou le camp; ils ne doivent pas se voir pendant les événements publics de la Fraternité et ils se réunissent seulement une fois par mois pour réduire au minimum les risques. Le Bureau de Conseils a récemment demandé à ces usra  de personnes ayant des postes sensibles de  ne pas se réunir jusqu'à nouvel ordre. Il est impossible de vérifier ces informations, mais cela semble vraiment plausible. Cependant, les juges mentionnés dans l'article comme appartenant censément à la Fraternité ont vigoureusement nié cela - mais une confirmation, aurait bien sûr été peu probable et surprenante.
12 Voir par exemple l'entretien de ' Umar Sulaymân, dans Al-Âlam Al-Yawm, le 28 mars 2007. Il affirme qu’il travaille de 6h00 ("une heure avant Mubarak que se lève,pour être prêt") à 23h00. Cela laisse une heure avec sa famille avant qu'il n'aille se coucher à minuit, après un dîner rapide. Il fait une heure de sport par jour et accorde le même temps à ses collègues pour le même but. Il aime le cinéma, mais n'a plus le temps d’y aller. Le dernier film qu'il a vu était "Khalî bâlak min zûzû", qui est sorti au début des années 1970...
 13 Salâh Nasr, Kamâl Rif'at, Amîn Huwaydî, Ahmad Kâmil, Fathî Dîb Al-, ' Fattâh Al-Abd Abû-l Fadl, Muhammad Shukrî Hâfiz, Sâmî Sharaf et plus récemment Muhammad Ghânim ont publié leurs mémoires. Muhammad Nisîm a été le sujet d'un livre écrit par le journaliste Nabîl ' Umar. Ce n'est pas une liste complète.
14 Il y a une exception possible : les accusations incriminant des groupes palestiniens de Gaza dans des  actes terroristes engagés sur le  sol égyptien. Un article récemment publié dans la presse égyptienne suggère que ces accusations doivent être comprises comme la partie "de la guerre de services" que la Sécurité de l'État et le mukhâbarât remuaient l'un contre l'autre, Gaza étant un dossier géré par le dernier. L'accusation des Palestiniens était donc une manière pour la Sécurité de l'État de se disculper et condamner un service rival. Voir l'article par ' Adil Hammûda dans Al-Fajr, le 9 mai 2011. L’affirmation de  Hammûda doit être vérifiée, mais, apparemment, ce n'est pas absurde.
15 Publié dans Al-Shurûq, le 8 avril 2011.
16 Comptes rendus par des Islamistes radicaux libérés après la chute du régime montrent que les conditions dans lesquelles ils étaient détenus se sont considérablement améliorées autour de ce temps.
17 Al-Badîl, le 19 février 2009.
18 c'est l'argument avancé particulièrement par Karîma Kamâl dans Al-Badîl, le 29 mai 2008.
19 Pris d'un article par Sirjânî Al-Khâlid publié dans Al-Dustur, novembre 2008.
20 c'est comment il décrit le processus, qu'il lui-même a été presque soumis :Vous êtes accostés. On vous demande votre carte d'identité. Si vous ne pouvez pas le fournir, qui fait le travail de l'informateur, qui est un membre de la police, plus facile : il vous arrête. Si vous êtes dans la possession d'une substance illégale, il vous arrête. . Si tout est pour, il vous dit que vous avez été condamnés à la prison par contumace et qu'il doit vous prendre au commissariat de police. À ce point, vous l'un ou l'autre veut donner un dessous de table, ou bien vous le suivez, a convaincu qu'il est tout un malentendu. Et vous serez gardés jusqu'à ce que votre famille n'a marchandé pour votre sortie ...
 21 Dans des articles particuliers publiés par Jamâlal-Shinnâwî dans Al-Dustûr.
 22 un article par Khayrî Ramadân, un journaliste près de l'ancien régime, publié dans Al-Misrî Al-Yawm, le 6 février 2007
23 Dans un autre article par Khayrî Ramadân,
Al-Misrî Al-Yawm, le 15 avril 2007.
24 Voir un article important dans Sawt Al-Umma, 8 août 2009
25 Ou bien, quand le public est non informé de la restructuration de ces institutions, il y a un danger de préconiser des mesures a déjà convenu il y a dix ans...
26 un ami et un collègue ont indiqué que dans des pays européens (le Portugal et l'Espagne), la réforme de l'appareil de sécurité a été menée par des civils et était réussie. Je soutiens mon idée (qui, incidemment, est proche  de celle développée par Haroun Jamous dans son livre classique sur la réforme d'hôpital universitaire en France). Je peux seulement esquisser les grands traits de mon argument ici. Un initié aura plus de légitimité aux yeux de la profession qu'un étranger. C'est particulièrement ainsi dans une profession qui est immédiatement opaque (même plus que l'armée), blessée (des policiers égyptiens sont stigmatisés et détestés depuis longtemps) et a pendant longtemps agi dans une structure institutionnelle corrompue et corruptrice. Un initié a une meilleure chance d'avoir l'autorité morale nécessaire pour conduire les réformes, aussi bien que la connaissance pratique pour identifier les problèmes concrets et leurs solutions et séparer le bon grain de l’ivraie. J'ajouterais une nouvelle observation : je pense que ce serait préférable pour cette réforme de commencer avant que des élections législatives ne soient organisées, malgré les problèmes impliqués. L'affirmer ne doit pas exclure des avocats ou des ONG (des organisations non gouvernementales) des débats, ni refuser leur conseil.
27 Cette solution n'est pas entièrement efficace. En effet, des officiers de grade inférieur peuvent bien savoir ou croire qu'ils savent ce que leurs supérieurs pensent et adapter leurs mots en conséquence. C'étant dit, c'est une politique nécessaire.



Edito | Conjoncture | Monde | Contributions | Billet | Dossier | Entretien | Soutien | أقلام عربية | Mémoire | وجهة نظر | Vidéos